Articles Comments

Alter-Echos » Sur le Vif » « Pas de démocratie sans voix »

« Pas de démocratie sans voix »

Montréal, 17 juin 2010, salle Saint-Pierre

A la veille du G8 et du G20, plus de 100 organisations présentes au Québec lancent ce jour un appel intitulé « Pas de démocratie sans voix » (déclaration complète ici), alors qu’une coalition du même type en fait autant à Ottawa – une initiative coordonnée assez rare au Canada pour être signalée. Se retrouvent côte à côte des organisations de solidarité internationale, d’éducation populaire, de défense des droits et libertés, des syndicats, des groupes communautaires, pour dénoncer les « reculs démocratiques » imposés par le gouvernement fédéral de Stephen Harper. Celui-ci tendrait à vouloir « faire taire la voix de toute organisation ou de tout individu qui conteste ou critique les politiques du gouvernement canadien ». Sont évoqués les coupes dans les financements de plusieurs organisations de solidarité internationale (comme Alternatives, voir ici) ou de promotion des droits des femmes, la violation des droits démocratiques (liberté de la presse), la non signature de la déclaration de l’ONU sur les droits des populations autochtones, la remise en cause de toute une série de droits humais (voir ce rapport d’Amnistie Canada), et notamment du droit d’avortement en supprimant les financements de programmes intervenant sur ces enjeux dans les pays du Sud…

Manifestation en noir à Ottawa contre les "menaces anti-choix" du gouvernement Harper - Samedi 12 juin 2010

L’objectif de cette coalition est de montrer qu’au-delà de ces mesures sectorielles , c’est un projet global dangereux remettant en cause profondément la démocratie au Canada et que l’ensemble de la population est concernée. Lors de la conférence de presse, le gouvernement Harper a été largement mis à l’index comme un gouvernement d’extrême-droite religieuse, « lié à l’Opus Dei » et encore plus à droite que ne l’était le président G. Bush. Il est nécessaire de « lutter contre toutes les politiques conservatrices » a-t-il été fortement affirmé. Face à ces dangers, la coalition interpelle l’ensemble des partis politiques canadiens et demande à la population de s’engager pour « défendre les droits et libertés », pour le « respect des institutions démocratiques » et la reconnaissance du « rôle essentiel et l’indépendance des organisations de la société civile ».

Prochaines étapes à l’automne, pour lancer « un mouvement »… après l’été.

—-

Pour mieux saisir l’actualité sur ces enjeux, voir également ici le compte-rendu vidéo du forum public intitulé « Pas de démocratie sans droits ! » ayant eu lieu le 9 avril 2010, organisé par l’AQOCI, la CSN, Amnistie Internationale, l’IEIM et Alternatives.

Written by maximecombes

Filed under: Sur le Vif · Tags: , , , , , ,

Leave a Reply