Articles Commentaires

Alter-Echos » Forums Sociaux » Rio+20 : 50 000 personnes manifestent contre l’économie verte

Rio+20 : 50 000 personnes manifestent contre l’économie verte


Alors que la conférence officielle de l’ONU sur le développement durable, dite Rio+20, s’ouvrait ce mercredi 20 juin sur la base d’un projet de déclaration jugé par de nombreuses associations comme inacceptable, les initiateurs du Sommet de peuples organisaient une manifestation massive dans les rues de Rio de Janeiro, qui semble avoir réuni au moins 50 000 personnes. « Pour la justice sociale et écologique, contre la marchandisation de la vie et pour la défense des biens communs ». Retour en images.



Pour aller plus loin sur les enjeux de la conférence officielle et notamment sur le thème de l’économie verte et de la financiarisation de la nature :

Ecrit par

Catégorie: Forums Sociaux · Tags: , , , , , , , ,

10 commentaires pour "Rio+20 : 50 000 personnes manifestent contre l’économie verte"

  1. Vincent (Paris) dit :

    Attention, le titre de cet article fait un gros contre-sens : les manifestant ne protestent pas contre l’économie verte mais contre le « Green capitalism » : le détournement de l’écologie par le capitalism. C’est très différent !
    Prenez garde à ne pas présenter ces manisfestants comme des « anti-écolos ».

  2. delesque gerard dit :

    merci pour votre investissement , bien sur nous devons nous reappropprier notre
    futur et ne pas laisser le vieux monde continuer a detruire la planete au nom du
    modernisme et du profit retrouvons notre voix dans ce monde insensible et
    suicidaire lachez vos masques prenons notre liberté de VIVRE

  3. RIO+20: la crise de la dette de papier monnaie… est une crise de papier | Le Triptyque Economique dit :

    [...] http://alter-echos.org/justice-climatique/rio20-50-000-personnes-manifestent-contre-leconomie-verte/   (Attention aux erreurs d’interprétation possibles liées au titre: il s’agit de passer à une économie authentiquement “verte”, et pas d’une défense du système actuel éventuellement reconverti!) [...]

  4. Laly king dit :

    vivre sans penser à affiner le futur c’est vivre sans but.Le monde a besoin de donner un espace viable à son futur et son peuple ne laissera pas les obsséssions cupides le bouleverser.
    Luttons pour notre espace paisible.

  5. OM dit :

    Une belle erreur de perspective… L’économie « verte » n’est que le changement des modèles de production et d’impact des biens et services d’une société planétaire qui ne changera pas de paradigme de sitôt. Il ne s’agit pas de « faire de l’argent » par de pseudo greenwashings, mais de poursuivre un modèle de création de richesses pour l’heure inébranlable tout en limitant ses émissions et en recyclant ses déchets (sans oublier de migrer vers une gestion humaine « RSE »). Rien sans doute de « miraculeux » dans cette évolution, mais en tout cas un bénéfice immédiat, contrôlable, structurant pour la planète et ses habitants. Alors cessons de croire en des lendemains de décroissance dont les manifestants, les premiers, ne veulent pas, et exigeons des entreprises qu’elles produisent « propre » des biens et services « recyclables ». Voilà de l’authentique « éco-logie ». On en est encore trop loin pour que ce genre de manifestation improductive et inefficace ne vienne pas gêner les bonnes initiatives. Un Daniel Cohn-Bendit réaliste ne dit pas autre chose.

  6. Rio+20 (VIDEO) : près de 50 000 personnes contre l’économie verte | Argeliers Environnement dit :

    [...] Vidéo - Rio+20 : près de 50 000 personnes contre l’économie verte Déjà publié et à faire connaître [...]

  7. maximecombes dit :

    Bonjour

    En réponse à Vincent : le titre de cet article a été mûrement pensé et réfléchi. Il s’intitule « économie verte » car il fait référence à l’agenda officiel de négociations au sein de l’ONU, qui portait sur « l’économie verte », qui n’est effectivement rien d’autre que du capitalisme vert, voire plus, l’extension des logiques financières et marchandes à des domaines de la nature qui en étaient peu ou prou préservés.

    Comme vous le voir dans la vidéo et l’entendre dans les interviews, les manifestants reprennent des slogans explicitement contre cette « économie verte ».

  8. Vincent (Paris) dit :

    Maxime, vous avez raison de dénoncer la récupération du concept de l’économie verte par le capitalisme, en particulier dans les conférences de Rio+20, mais je pense que c’est une erreur de reprendre ce glissement syntaxique à notre compte.
    Si vous voulez critiquer « cette » économie verte, il faut laisser des guillemets, et ne pas laisser penser que vous condamnez l »économie verte » dans son acceptation initiale, telle qu’elle est défendue par les écologistes.
    Quand j’écoute l’intervention de Fatima Mello dans votre reportage, je l’entend bien dénoncer le « green capitalism ». Celà devrait être sous titré comme tel.
    La militante des amis de la terre dénonce quand à elle « la financiarisation de la nature ».
    Comme elles, nous devons lutter contre la récupération de l’économie verte par les pollueurs et les exploiteurs, et affirmer bien fort que « leur économie verte n’est pas la notre ».

  9. Rio+20 : un autre visage « La parole des jeunes à Rio +20 dit :

    [...] Vidéo - Rio+20 : près de 50 000 personnes contre l’économie verte [...]

  10. maximecombes dit :

    « L’économie verte » telle qu’elle est définie et promue au niveau international dans les différents rapports du PNUE, de la BM, voire de l’Union Européenne est celle qui est décrite dans cet article. Pour résumer cette approche, le commissaire européen à l’environnement à trouver juste : « il faut passer d’une situation où l’on protégeait l’environnement du business pour protéger le business de l’environnement ». Cette économie verte, telle que mise en oeuvre par ces politiques, n’est rien d’autre que l’extension à la nature des logiques capitalistes et financières (marchés carbone, biodiversité, etc…) qui sont pourtant à la source des différentes crises auxquelles nous sommes confrontés.
    D’autres articles sur ce blog présentent des alternatives concrètes réellement soutenables face à la crise écologique.

Laisser un commentaire